Un violon, une flûte de roseau mêlant leurs timbres, deux musiciens lancés avec complicité dans un dialogue à travers les mélodies d'Orient... choisies parmi les répertoires de Syrie, d'Arménie, de Grèce, de Turquie, avec pour fil conducteur cette qualité d'écoute et de justesse propre au monde des maqams.

   On y entendra aussi de l'accordéon ( oriental !) , des chansons de rébétiko... et des moments d'improvisation, ou taqsim, au coeur de ces traditions.

  

 

 

Adrienne Tschaenn : nay

Vincent Bader : violon, accordéon, chant

       Le répertoire de Yalil puise dans différentes traditions, populaires ou savantes; les mélodies ayant fortement tendance à passer les frontières et à s'installer chez des musiciens ayant un fond culturel commun, celui des musiques modales et du système des maqams. On passe ainsi aisément d'une mélodie syrienne médiévale à un bashraf ou un samai composé à Constantinople au XIX ème siècle, d'un rébétiko à un air ancien d'Arménie...

       En suivant l'exemple de leurs maîtres, qui par la transmission orale les ont invités dans cet univers, les deux musiciens recherchent à chaque instant l'intensité et la liberté, dans leurs interprétations comme dans l'improvisation.

        Par ailleurs le duo collabore actuellement avec trois musiciens ( Fred Commenchal, oud,  lafta et chant; Rémi Caron, qanun et chant; Arnaud Vanhove, percussions) pour monter un "takht" , l'orchestre traditionnel arabe.

         Et pour un avenir proche, en duo, un projet de répertoire à danser ( danses traditionnelles de Grèce ).

      

Adrienne Tschaenn : après des années en autodidacte à la flûte traversière sur des répertoires klezmer et balkaniques, elle commence l'étude du nay en 2013 et a la chance d’être élève de  Iyad Haimour, qui lui transmet son art de la musique orientale.

Actuellement Adrienne joue la flûte traversière dans Ganef, dédié aux musiques klezmer .

 


Vincent Bader : formé au piano classique, il se tourne vers l’accordéon-piano à 18 ans, tombe amoureux des musiques tziganes de Roumanie,et se passionne pour le klezmer… puis il apprend le violon et se forme par des stages avec David Brossier, Amit Weisberger, et Evgenios Voulgaris.

 

Il multiplie les collaborations,  avec  Olivier Richaume dans le spectacle Pitsvinik, musique klezmer et autres histoires, et aussi la mini-fanfare Ganef  , le duo Zarzavat ( musique roumaine ) avec Fabien Dubuy , Hypnos ( musique improvisée et compositions ) avec Christophe Charlemagne , collectif Baïraki (rebetiko )...